L’incroyable performance de The Blaze à Toulouse.

Hello les gars 🙂
Comment ça va ? Bon je ne vais pas vous le cacher, je suis vraiment trop heureux de pouvoir vous partager cet article. C’était loin d’être gagné mais j’ai réussi à être accrédité pour ce concert que j’attendais depuis des mois alors retour en images sur ce show et avec le sourire.


Je peux enfin le dire : j’ai vu The Blaze en concert. Ça fait des mois que je veux les voir et que je les loupe de peu – notamment à Garorock puisque je ne suis arrivé que le vendredi  – mais ça y est c’est fait! J’ai découvert le groupe il y a un petit moment (en 2017 exactement) en regardant la rediffusion d’un défilé Louis Vuitton. J’étais tellement subjugué par la musique que je n’en regardais même plus le défilé. C’est de là que mon amour pour The Blaze est né.

Je te laisse imaginer ma joie lorsque j’ai appris que The Blaze repartait en tournée européenne et avec pour première date le Bikini à Toulouse. Ni une ni deux ma demande d’accréditation était envoyée. Malheureusement pour moi je n’ai pas eu de retour de l’organisation. Ah oui, j’ai oublié de préciser que le concert était complet, donc difficile de trouver une place à un prix décent. Bref ! J’ai tendance à toujours persévérer alors deux semaines avant le concert j’ai directement envoyé le mail de la dernière chance au management de The Blaze. Et bingo – comme quoi l’audace ça marche – j’avais une réponse une heure après qui m’annonçait que l’accréditation était validée pour couvrir le concert. Un seul mot à dire : E.N.F.I.N ! Du coup si tu dois retenir une morale de toute cette histoire : toujours y aller au culot. C’est ma devise depuis que j’ai lancé le blog et c’est sûrement grâce à ça que le blog évolue autant. 😉

Bon voila, c’était la petite histoire. Maintenant passons aux choses sérieuses : le concert.

DSC07052

Je suis arrivé aux alentours de 19h30 au Bikini de Ramonville car je ne voulais pas louper la première partie. Je fais très souvent de bonnes découvertes alors je me pointe toujours un peu à l’avance. Arrivé dans la salle, je m’installe directement à l’étage – puisque la salle est déjà très bien remplie – avec une vue assez cool sur la scène. Je remarque à ce moment là un immense cube blanc qui me fait étrangement penser à la pochette de l’album Dancehall, tu sais ce côté très architectural. Je sens que ça va être cool !

La première partie a débuté vers 20h30 et a été assurée par Petit Prince. J’ai trouvé son set vraiment sympa. Du bon son qui fonctionne bien pour chauffer toute une salle pendant plus de 40 minutes avant la prestation de The Blaze.

A 21h30, les lumières s’éteignent tandis que le cube blanc dont je te parlais plus haut s’allume. De là, un petit film est projeté pendant cinq bonnes minutes. Le public se met à crier et le cube s’ouvre pour laisser apparaître le duo. J’ai rapidement compris qu’au niveau de la scénographie c’était clairement d’un autre niveau, à la limite du génie. J’en ai fait des concerts, j’ai vu des artistes internationaux et des gros shows à l’américaine, mais une scénographie comme celle-là : JAMAIS. Entre les lumières et les projections sur les écrans j’ai trouvé ça vraiment magnifique, et je pèse mes mots. En gros, chaque track avait son histoire, sa « couleur », sa lumière, et ça rendait le tout tellement vivant et dynamique.

DSC07063DSC06979DSC07113

J’ai senti que tout était vraiment travaillé, chaque transition collait parfaitement avec la musique suivante. Tu vas peut-être te dire que j’en fais trop pour un simple concert, mais sans déconner j’ai eu des frissons du début à la fin. C’était la première fois que j’avais l’impression que le concert racontait une réelle histoire et ça j’ai adoré. Bien entendu nous avons eu droit aux tracks les plus populaires de The Blaze comme She, Heaven ou encore Queens, mais également à certains titres de leur premier EP dont Juvenile que j’attendais tout particulièrement.

Le seul point qui aurait pu me décevoir – mais au final pas du tout – c’est le fait qu’il n’y a pas eu beaucoup d’interaction avec le public. Tu sais que j’adore ça mais pour le coup ça aurait un peu cassé l’ambiance du show. The Blaze est un groupe qui reste très mystérieux selon moi, on les voit très peu sur les réseaux sociaux, et c’est quelque chose que j’aime beaucoup car ça donne un côté assez unique au duo.

SONY DSC                      Processed with VSCO with b1 preset

SONY DSC                      Processed with VSCO with a6 preset

En conclusion, j’ai trouvé ce show tout simplement incroyable et je suis tellement content d’avoir réussi à y assister. D’ailleurs si tu as envie de les voir ne t’en fais pas, ils seront en tournée tout l’été. Tu pourras les retrouver notamment à Marsatac – festival dont je vais te parler très prochainement sur le blog – aux Francofolies de La Rochelle ou encore au Sziget Festival en Hongrie.

Tu trouveras une petite playlist pour découvrir ou redécouvrir les titres de Petit Prince et de The Blaze.

J’espère que tu as aimé cet article et on se retrouve dimanche prochain sur le blog. 😉

Un immense merci à Savoir Faire Cie pour l’accred’.

gg.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s