Rencontre avec le groupe Renarde

Hello les gars 🙂
Vous l’avez sûrement vu, j’ai pu discuter avec Renarde, un groupe toulousain très authentique avec beaucoup d’humour, lors du Week-end des Curiosités. Comme d’hab, n’hésite pas à lire la suite de l’interview. 🙂


Salut les gars, pourriez-vous vous présenter ? 

Bruno : Salut Jérémy ! Moi c’est Bruno du groupe Renarde, j’ai 31 ans, j’habite à Toulouse et j’ai un chat qui s’appelle Hypolite. Je suis au chant et à la guitare.

William : Moi c’est William et je suis à la Guitare.

Simon : Je m’appelle Simon, je suis à la basse et j’accompagne Bruno sur les coeurs et sur la voix.

Etienne : Moi c’est Étienne et je suis au clavier.

Bruno, quand as-tu commencé à faire de la musique ?

J’ai commencé à la basse quand j’avais 15 ans. Ensuite je suis passé à la batterie puis j’ai dérivé sur la guitare car je voulais écrire mes propres chansons. Cela fait presque plus de 15 ans que je fais de la musique.

Est-ce qu’il y a des artistes qui t’ont particulièrement inspiré pendant ta jeunesse ?

Bien sur, je pense notamment à The Strokes et aux Arctic Monkeys. Il y a aussi de nombreux chanteurs français des années 60, mais c’est venu plus tard.

Peux-tu m’en dire un peu plus sur la naissance de Renarde ?

Tout a commencé fin 2017. On ne se connaissait pas encore et j’avais enregistré deux titres qui sont disponibles sur Youtube, Dallas et La Féline. J’ai d’abord rencontré Simon, puis on a rencontré William lors d’une soirée qui est venu à la guitare. Cédric s’est porté volontaire pour nous rejoindre à la batterie, et William nous a présenté Étienne qui a complété le groupe. C’est ainsi que la meute est née.

Pourquoi de choix de chanter en français alors que tu chantais en anglais ?

J’étais sur une formation très rock à la base et comme tu le dis, je chantais en anglais. Puis j’ai commencé à écouter un peu plus variété et j’ai eu envie d’écrire en français. Je trouvais ça plus bien plus évident car tu te concentres beaucoup plus sur le chant au final.

Vous avez sorti un premier titre, A Contrecoeur, peux-tu m’en dire sur la conception de ce morceau ?

Souvent je suis chez moi, je bosse directement sur GarageBand en travaillant sur toutes les pistes des instruments avec une structure assez complète du titre. Ensuite il y a un dossier où on classe le morceau, tout le monde l’écoute, on va en répétition avec la meute, on le joue puis on part l’enregistrer si tout est bon. Il y a un rythme assez soutenu, on arrive à composer assez rapidement.

Pour accompagner ce titre, vous avez sorti un clip vidéo sous format « smartphone » qui est différent de ce que l’on a l’habitude de voir. Pourquoi ce choix ? 

Un clip c’est du budget et concrètement on n’en avait pas. On s’est dit qu’on allait utiliser une bâche, passer les uns après les autres car on se fait frapper au fur et à mesure. L’idée était de proposer un clip sans prétention et à notre image. On explique aussi que c’est un mec qui refoule une fille, alors que d’habitude dans la musique c’est souvent l’inverse. On a voulu jouer là-dessus en renversant la tendance.

Ce soir vous allez jouer au Week-end des Curiosités. Sachant que vous venez d’ici, vous n’êtes pas trop stressés ?

Bruno : Bon je passe le micro un peu !

William : Moi ça va, je suis surtout trop content. L’accueil au Bikini est toujours super cool, l’organisation est géniale, et tu manges super bien, et ça c’est super important. Et puis le Bikini c’est une institution à Toulouse donc ça fait plaisir.

Étienne : Moi je dois avouer que je stresse un peu. Je viens du jazz donc j’ai l’habitude de jouer devant un plus petit public.

Simon : Je ne suis pas spécialement stressé car on se connaît assez bien et on passe beaucoup de temps ensemble. Il y a comme une synergie entre nous qui nous permet d’être assez confiant. C’est la meute.

Au niveau de vos projets futurs, que peut-on vous souhaiter ?

Bruno : Déjà on veut aller à Miami en Lamborghini donc c’est le premier truc que tu peux nous souhaiter ! Le mois de juin est très chargé car on a plusieurs concerts et un clip à tourner qui sortira en septembre. On espère que le public sera au rendez-vous. On veut agrandir la meute au maximum et créer une tanière avec beaucoup de renards. En tout cas on espère que ça va vous plaire ce soir, si on peut avancer c’est grâce aux gens qui viennent nous voir donc on a hâte. On en profite pour remercier le Week-end des Curiosités et particulièrement Antoine qui permet à de petits groupes de jouer sur des festivals comme celui-ci !

gg.
* CREDIT PHOTO : Louis Derigon // FacebookInstagram 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s